(DE 004) – Repousser ses limites par l’effort maximal

15 févr. 2018

Repousser ses limites, effort maximal, échec musculaire, psychologie du sport, préparation mentale, jonathan lelievre

Direction Excellence, épisode #004 – Repousser ses limites personnelles par l'effort maximal

Dans ce quatrième épisode de Direction Excellence, je mène une entrevue avec Rico Lavoie, spécialiste en performance sportive. Rico est entraîneur de basketball, de football et entraîneur personnel pour athlètes et pour la population générale, offrant des services à domicile et en salle.

Pour être un athlète performant, il faut comprendre comment notre corps et notre tête fonctionnent afin d’améliorer ses performances. Une des clés du développement sportif, c’est la capacité à donner son effort maximal souvent. Alors, pourquoi c’est difficile de repousser ses limites physiques et de fournir un effort maximal? C’est ce que vous allez découvrir avec mon invité Rico Lavoie.

Qu’est-ce qui explique que ce soit si difficile de repousser ses propres limites physiques?

Les facteurs physiques

Selon Rico Lavoie, plusieurs facteurs peuvent expliquer ce défi. Il y a des facteurs purement physiques et il y a aussi des facteurs psychologiques. Sur le plan physique, il faut comprendre que l’humain est constamment à la recherche du confort et de l’équilibre. Or, lors de l’entraînement physique, c’est tout à fait l’inverse. On demande à notre corps un effort important, on doit le sortir de sa zone de confort. Lors de l’entraînement physique, on doit donc faire face à une résistance naturelle, on doit travailler contre la nature humaine en quelque sorte. Notre corps est plutôt dans la loi du moindre effort plutôt que d’être naturellement à la recherche d’un effort maximal. C’est simplement en nous, c’est instinctif.

C’est pourquoi je répète qu’il faut beaucoup de courage, de motivation et de détermination afin d’être un athlète élite. Il faut savoir pourquoi tu te présentes dans le gym ou à l’entraînement jour après jour afin d’aller «souffrir», d’aller développer son corps et ses habiletés techniques. Il n’y a rien de facile et de naturel à chercher à dépasser ses limites personnelles aussi régulièrement.

Cependant, il ne faut pas oublier qu’en développant de bonnes habitudes et en demeurant constant et résilient, ce peut devenir plus facile avec le temps. Et je ne dis pas plus facile en termes d’effort à mettre à l’entraînement, mais plus facile de s’y engager réellement jour après jour. Si vous n’avez pas encore trouvé votre «pourquoi», je vous invite à y penser sérieusement. Votre «pourquoi», c’est la raison pour laquelle vous pratiquez votre sport ou votre discipline sportive. Ce doit être une raison forte et valable. Une raison qui vient de l’intérieur, qui vous pousse à continuer vos efforts même lorsque votre tête ou votre corps n’en ont pas envie.

Votre «pourquoi» vous aidera à aller chercher une bonne intensité à l’entraînement. L’intensité ici, tel que vu par Rico Lavoie, est calculée par le nombre de fois que vous vous rendez à votre effort maximal et à l’échec musculaire. C’est différent de ce qu’on pourrait croire.  L’intensité pour mon invité spécialiste en performance sportive n’est donc pas mesurée que par votre niveau d’essoufflement ou votre quantité de sueur. [Pour en apprendre davantage sur l’échec musculaire, il faut écouter l’épisode #004 de Direction Excellence]   

Une autre raison pour laquelle c’est parfois difficile de repousser ses limites personnelles, c’est que nous sommes de très mauvais juge pour nous-mêmes. Combien de fois avez-vous fait davantage de répétitions sur un mouvement que ce que vous croyiez possible? Ça arrive souvent! Votre corps est assez conservateur, alors si on l’écoute trop il vous limitera dans votre entraînement. Il est vrai que ce peut être parfois effrayant d’aller au-delà de ce qu’on croit possible. C’est pourquoi je soutiens qu’il faut s’entourer d’experts qui sont en mesure de bien nous encadrer. Il faut les laisser faire leur travail et leur faire confiance. L’entraîneur est là pour t’amener dans la bonne zone, celle de la progression. Votre travail en tant que sportif ou athlète est simplement d’exécuter comme il vous est proposé. C’est important d’arrêter de trop analyser et de simplement essayer l’exercice demandé sans juger. La plupart du temps, vous allez réussir plus de répétitions que ce que vous aviez anticipé.

La beauté de votre corps par contre, c’est qu’il possède des réponses naturelles et des mécanismes innés afin de vous empêcher de vous blesser. [Pour en apprendre davantage sur ces réponses naturelles, il faut écouter l’épisode #004 de Direction Excellence] Ces réponses naturelles sont cependant un couteau à double tranchant. Elles sont présentes pour éviter l’excès et les blessures, ce qui est parfait. Cependant, elles sont très conservatrices. C’est-à-dire qu’elles vont trop souvent s’enclencher beaucoup trop tôt. Souvenez-vous, votre corps recherche le confort et ne cherche pas à prendre trop de risque. Plusieurs athlètes vont donc s’arrêter dès qu’ils sentent ces signaux, ce qui les empêche d’atteindre l’effort maximal.

La bonne nouvelle c’est qu’avec l’entraînement régulier, ces mécanismes et réponses naturelles peuvent être en quelque sorte désensibilisés et ainsi soutenir une plus grande tension. Autrement dit, avec la répétition, vous pouvez éviter qu’ils ne se déclenchent trop tôt. C’est certain qu’au départ, spécialement lorsque c’est la première fois que vous poussez votre corps, ça demandera une belle force mentale pour vraiment atteindre un haut niveau d’intensité. Vous devez vous répéter que votre corps tente de vous freiner, mais que vous pouvez aller un petit peu plus loin. À moins d’un effort surhumain ou exagéré, votre corps ne vous laissera pas vous blesser. Ça devrait vous aider sur le plan mental de savoir que votre corps est équipé pour vous empêcher d’exagérer. Il ne faut donc pas avoir peur d’aller chercher l’échec musculaire lors de vos entraînements. Essayez-le et voyez que la vraie satisfaction se retrouve en dehors de votre zone de confort.  

Malheureusement, je sais fort bien que beaucoup d’athlètes n’osent pas aller voir ce qui se passe en dehors de leur zone de confort, en dehors de ce qu’ils «croient» être leur effort maximal. N’oubliez jamais que plus vous allez «jouer» près de votre effort maximal, plus vous serez en mesure de répéter et de même aller encore plus loin la prochaine fois. C’est là qu’on peut noter une vraie progression. C’est là que vous vous rapprochez de l’excellence. Soyez courageux et prenez plaisir à repousser vos limites.  

Les facteurs psychologiques

La peur d’échouer

Il n’y a pas que votre corps qui cherche à vous limiter. Il y a aussi un aspect psychologique fort important à considérer dans le dépassement de soi. Lorsqu’un athlète se retrouve en échec musculaire, c’est-à-dire qu’il est allé au bout de lui-même et que son muscle décide de ne plus répondre, certains voient ça comme un effort insuffisant. Ne soyez pas trop dur sur vous-même. Si votre muscle relâche parce que vous avez tout donné, c’est parfait. Ce n’est pas parce que vous ne faites pas un effort suffisant, bien au contraire. Ce n’est pas le temps de s’autocritiquer et de devenir négatif. Rappelez-vous que la prochaine fois, vous avez plus de chance de faire encore mieux. Il n’y a rien à voir ici avec la paresse ou le fait de ne pas être assez dur (tough).

Personnellement, si je commence à m’entraîner sérieusement à faire des «chin up», je sais fort bien que je n’arriverai pas à en faire beaucoup lors des premières tentatives. Si je suis capable de faire 4-5 répétitions, je serai bien content. Bien que ce puisse être peu pour certaines personnes, je n’ai pas à me décourager si c’est mon maximum à ce moment-là. Aussi, je dois me rappeler que ce n’est surtout pas parce que je suis paresseux. Je dois simplement entraîner mon corps et le préparer à en faire plus éventuellement. Après quelques jours et semaines, j’augmenterai ma capacité et je passerai possible à 8-10 répétitions et ainsi de suite. [Pour la discussion complète, il faut écouter l’épisode #004 de Direction Excellence / Comment s'abonner? Voir à la fin de cet article.]

Une autre explication pourquoi il est parfois difficile de repousser ses limites, c’est parce que nous sommes conditionnés à éviter les échecs. Lorsque vous voulez trop bien faire et réussir toutes vos répétitions, dites-vous que vous n’êtes pas dans la bonne approche. Au contraire, vos dernières répétitions devraient être difficiles, voire même parfois impossibles à terminer. Lorsque vous n’en pouvez plus vers la fin de vos répétitions, c’est signe que vous êtes allé chercher un effort maximal. C’est signe que vous êtes en dehors de votre zone de confort et que vous progressez.

Autrement dit, votre vraie réussite va passer par l’échec. Il faut s’y en attendre et surtout l’accepter. Et ceci ne s’applique pas uniquement à l’intérieur du gym ou lors des entraînements physiques d’équipe, mais c’est aussi vrai pour tous les exercices que vos entraîneurs vous demandent. C’est OK de ne pas réussir du premier coup. Il faut simplement continuer les efforts jusqu’à la réussite.

«À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire» - Pierre Corneille

Rappelez-vous que la vraie fierté, c’est de réussir quelque chose que vous avez travaillé extrêmement fort dessus avant de l’obtenir. Plus quelque chose vous demande des efforts, du temps et des sacrifices, plus ce sera satisfaisant lorsque vous y arriverez.     

Garder ses illusions

Une dernière explication psychologique pourquoi les gens ont tendance à ne pas fournir un effort maximal est la suivante : les gens ont parfois le mauvais réflexe de se garder une porte de sortie au cas où ils ne réussissent pas. Autrement dit, ils se cachent derrière une liste d’excuses. Je m’explique.

Quand ça ne fonctionne pas ou que tu échoues, ça peut faire plaisir d’avoir quelque chose à blâmer (particulièrement des facteurs extérieurs). C’est en quelque sorte une façon de se protéger, ou plutôt de protéger son image, son ego. Ce peut être difficile d’avouer avoir fait tous les efforts et d’avoir été au bout de soi-même, mais tout de même avoir échoué à atteindre l’objectif. D’un autre côté, c’est beaucoup plus facile de dire que je n’avais pas le bon équipement ou que j’ai manqué de temps par exemple. 

Des excuses, j’ai toujours dit que c’était facile à trouver. SVP, ne tombez pas dans le panneau. Soyez courageux. Donnez vraiment le meilleur de vous-même à chaque fois sans vous retenir et voyez où ça vous amène. Si vous échouez, ce qui va inévitablement arriver, poursuivez vos efforts sans trop vous en faire et surtout sans vous comparer aux autres. Continuez d’avancer et de progresser. Gardez votre énergie sur vous, sur votre progrès. C’est comme ça que vous allez devenir excellent. Une habileté, ce n’est pas statique. Ça peut s’améliorer, si vous vous permettez d’échouer en cours de route.

« Il ne faudrait pas limiter le niveau de compétence ou de performance que tu es capable d’atteindre parce que tu veux te garder une porte de sortie pour  expliquer ton échec.» - Rico Lavoie

En entrevue lors de cet épisode #004 du podcast «Direction Excellence» : 

Rico Lavoie, spécialiste en performance sportive, entraîneur personnel, coach, entraîneur

Rico Lavoie, spécialiste en performance sportive, entraîneur personnel et entraîneur de basketball et de football. 

Pour entrer en contact avec Rico, visitez son site web : www.eliteentrainement.com 

Pour rejoindre Rico sur Facebook : www.facebook.com/eliteentrainement

 

Abonnez-vous à mon podcast sur la plateforme de votre choix : 

Abonnez-vous iTunes Direction ExcellenceAbonnez-vous Google Play Direction ExcellenceAbonnez-vous Stitcher Direction Excellence

Truc de pro : Cliquez ici avec le bouton droit de votre souris et «enregistrer sous» pour télécharger l'épisode en format MP3 directement sur votre ordinateur!

Crédit photo : Jesper Aggergaard - Unsplash

Qu'avez-vous pensé de l'entrevue? N'hésitez pas à laisser vos commentaires ci-bas!

 

Catégories : Persévérance, Zone de confort, Podcast «Direction Excellence»

2 Commentaires

Commentaires

Jonathan Lelièvre 15 fvr. 2018 - 14:18

Merci Hugues pour ton commentaire! haha en effet, quelle joie/fierté à réussir quelque chose de facile...? C'est toujours plus satisfaisant quand tu en as travaillé et bavé un coup! ;)


Hugues 15 fvr. 2018 - 14:02

Excellent épisode, bravo! "Quelle joie a l'athlète à réussir qqch de facile?"


Ajoutez un commentaire

Produit ajouté avec succès !